fbpx
+33 1 42 86 99 33

Taille (Cut)

La taille conditionne la brillance du diamant. La qualité de la taille de la pierre est l’un des « 4C » permettant ainsi d’estimer la valeur d’un diamant car elle conditionne sa brillance. En effet, plus un diamant sera minutieusement taillé et présentera des facettes parfaitement symétriques et alignées, plus il reflétera somptueusement la lumière et diffusera ainsi une brillance exceptionnelle.

Un diamant taillé se distingue en quatre parties : la table, la couronne, le rondiste et la culasse.

Image Taille Diamant

Quelles sont les différentes tailles ?

Il existe deux différents types de tailles : rondes et lesdites « fantaisie ».

Les tailles des diamants peuvent être classées en deux grandes catégories de formes : les tailles rondes et les tailles dites « fantaisie ».

Les tailles rondes

Parmi les rondes, on distingue trois sous-catégories de tailles : single cut, swiss cut et full cut.

La « single cut » ou taille 8/8

C’est la première étape nécessaire à la taille du brillant. Le diamant obtenu a une table, 8 autres facettes sur la couronne et 8 facettes sur la culasse.

Single Cut Diamant 1

La « Swiss cut » ou la taille 16/16

C’est la deuxième étape nécessaire à la taille du brillant. Le diamant obtenu a une table, 16 autres facettes sur la couronne et 16 facettes sur la culasse. Aujourd’hui, cette taille est surtout utilisée comme une autre taille intermédiaire.

Swiss Cut Diamant 1

Le « full cut » ou le « brillant »

Elle consiste à tailler le diamant de façon à ce qu’il réfléchisse au maximum la lumière. Cette taille idéale très prisée aujourd’hui est composée de 57 facettes à savoir une table, 28 autres facettes sur la couronne et 28 facettes sur la culasse. C’est la seule taille du diamant qui est standardisée.

Full Cut Diamant

Les tailles « fantaisie »

Elles sont divisées en trois sous-catégories comme ci-suit :

Les tailles brillantées.

Taille Brillantees

Les tailles à facettes rectilignes.

Facettes Rectiligne

Les tailles à diverses facettes comme les briolettes et roses.

Diverses Facettes

Quelles sont les quatre étapes de la taille ?

Avant de tailler un diamant, il est nécessaire d’observer longuement le cristal brut et de réaliser certains calculs pour déterminer quelle sera la meilleure taille à réaliser. En effet, il s’agit non seulement d’éviter trop de perte de matière mais aussi de limiter le nombre d’imperfections lors du résultat final.

Quatre étapes sont traditionnellement nécessaires à la taille d’un diamant : le clivage, le sciage, le débrutage et le polissage.

Aujourd’hui, des logiciels existent pour scanner la pierre brute et déterminer toutes les options de tailles possibles afin d’optimiser et maximiser la taille de la pierre. Il faut de plus savoir que tous les instruments utilisés pour éroder le cristal brut doivent être diamantés car le diamant est le matériau le plus dur et il ne peut subir d’usure que par lui-même (ou alors par laser).

Clivage, sciage et débrutage :

Une fois qu’une taille a été choisie, plusieurs étapes sont à respecter pour optimiser celle-ci. Les trois premières sont le clivage, le sciage et le débrutage qui préparent le cristal brut au polissage qui est la dernière étape.

• Le clivage.

Cette étape consiste à diviser une pierre brute en deux ou plusieurs morceaux. Cela permet de donner à la gemme une forme appréciable et de la dégager de certaines imperfections. Pour ce faire, le cliveur entaille le diamant dans des plans de faiblesses de la structure cristalline, aussi appelés « plans de clivage », à l’aide d’une fine lame d’acier sur laquelle il frappe un coup sec. La pierre se divise alors en deux, laissant deux surfaces parfaitement planes. Le clivage n’est cependant pas toujours nécessaire : il faut calculer au plus juste sa rentabilité. Le métier de cliveur est ainsi un des plus difficiles car il comporte une énorme responsabilité. Or il n’est pas toujours évident de prévoir la rentabilité d’une pierre à l’issu du clivage : ce peut être un échec total.

• Le sciage

Traditionnellement, Il s’agissait de découper le cristal à l’aide d’une scie circulaire diamantée. Aujourd’hui, le laser a remplacé la scie pour la découpe du diamant. Cependant, si le laser permet d’entamer certaines découpes impossibles à la scie, il laisse en surface des petites stries qui dégradent la netteté du résultat.

L’opération de sciage doit se faire en essayant d’obtenir la plus grande table possible et la culasse la plus dure possible.

• Le débrutage

Cette étape se focalise sur les tailles rondes puisqu’elle consiste à arrondir la ceinture du cristal pour former une ébauche de rondiste. Pour ce faire, le cristal est fixé sur un bâton de débrutage qui va tourner sur lui-même à 1700 tours par minute tout en frottant la pierre sur une ou deux têtes diamantées. La vitesse est cependant ajustable selon les cristaux : on accélère la vitesse pour les petites marchandises et on la diminue pour les pierres plus importantes ou plus délicates.

Polissage et symétrie

Le polissage est la dernière étape de la taille d’un diamant. Il consiste à former des facettes de façon extrêmement régulière et symétrique pour obtenir un diamant le plus brillant possible.

Si ce processus était très délicat et prône à l’erreur par le passé, l’automatisation du polissage par des machines permet aujourd’hui d’obtenir des résultats beaucoup plus probants.

Cette étape est évaluée et incorporée dans le certificat du diamant. En effet, toute erreur, même minime, lors du polissage a un impact sur la brillance de la pierre.

La qualité du diamant est jugée selon trois, voire quatre, critères bien spécifiques par les autorités joaillières :

• La « symétrie » ou « symmetry » qui indique si les proportions sont respectées ;
• Le « poli » ou « polish » qui indique la qualité du polissage ;
• Le « rondiste » ou « girdle » qui indique l’épaisseur et la forme du rondiste. Plus il est fin, droit et régulier, mieux c’est ;
• La mention extra-facette est parfois ajoutée si le tailleur a ajouté une facette pour cacher un défaut naturel ou de taille.

Les deux premiers critères (symétrie et poli), sont jugés selon une échelle de 5 niveaux comme ci-suit :

• Excellente (Excellent)
• Très Bonne (Very Good)
• Bonne (Good)
• Assez Bonne (Fair)
• Mauvaise (Poor)

Une fois ces évaluations faites, la taille dans sa globalité est jugée sur la même échelle. Ainsi, un diamant dit « Triple Ex » est un diamant qui a une taille globale, une symétrie et un poli « excellents ». Ces diamants sont donc les mieux taillés et leur réfraction de la lumière est optimisée : ils seront les plus brillants.

>